yWvfE7wB70_1

Hanoi, capitale du Vietnam

Le « dragon qui prend son envol » (ancien nom donné à la ville) a beau avoir changé d’appellation, il ne garde pas moins de superbe et de grandeur que par le passé. Si son développement a ralenti ces dernières années, Hanoi (ou « la ville au-delà du fleuve »), n’en demeure pas moins turbulente et animée ! Fondée sur la rive droite du Fleuve Rouge, la ville constitue le centre politique, culturel et religieux du Vietnam, même si elle cède sa place à Ho Chi Minh ville pour le titre de capitale économique.

Le charme du vieux quartier

marché légumes

Le vieux quartier de Hanoi vaut vraiment le détour. Vous y trouverez toutes sortes de produits, et surtout une ambiance déroutante ; la meilleure façon de profiter du quartier est, à mon idée, de déambuler au hasard de ses petites ruelles animées. A chaque rue son produit ; il sera facile de vous repérer car c’est le produit en question qui a bien souvent donné son nom à la rue : vous trouverez ainsi une rue du chanvre, une rue du coton etc. Dans le même coin, le marché de Dong Xuan (le plus grand du Vietnam) : vous y trouverez vêtements, accessoires, épices… Mais c’est avant tout l’ambiance trépidante qui y règne qui lui confère son intérêt.

Old-Quarter-Hanoi

Les monuments incontournables de Hanoi

Les monuments historiques ne manquent pas à Hanoi. Les amateurs de pagodes et de beaux bâtiments y trouveront donc leur bonheur. Voici une petite sélection des points d’intérêt majeurs de la ville :
- le Temple de la Littérature, la première université du pays, très représentative de l’architecture traditionnelle vietnamienne
- l’Opéra de Hanoi, le plus grand théâtre de la capitale, vestige de la colonisation : il ressemble à l’opéra de Paris
- l’étonnante pagode au pilier unique, en forme de lotus (symbole de pureté au Vietnam). Toute en bois, elle repose, comme son nom l’indique, sur un seul pilier!

pagode au pilier unique

- la pagode de Tran Quoc construite au VIe siècle au bord du Lac de l’ouest (un des dix lacs de Hanoi). Si le site est vieux de plus de quinze siècles, il a toutefois été reconstruit et rénové au XVIIe et XIXe siècle. Il est célèbre notamment grâce à sa grande tour de 11 étages en brique rouge, qui représente les différentes étapes de la vie de Bouddha.

tranquoc-pagoda-hanoi_0

 
- le superbe temple de Quan Than, dans les alentours de la pagode de Tran Quoc ; il a été érigé en l’honneur du général Huyen Thien Tran Vu, qui fut un grand défenseur du Nord du pays durant la guerre du Vietnam

Hanoi-portes-du-Temple-Quan-Thanh--Vietnam

 
- le lac de Hoan Kiem ou « lac de l’Epée restituée » et le temple de Ngoc Son. Le site vaut le détour pour son cadre très agréable (et romantique)

Que faire dans les alentours de Hanoi ?

Ceux que la ville bouillonnante aurait fatigués pourront se ressourcer dans un des multiples points d’intérêt aux alentours de la ville. En effet, les petits villages d’artisans ne manquent pas aux abords de Hanoi : Van Phuc ou Bat Trang notamment, respectivement réputés pour leur soie et leurs poteries. Le village de Dong Ho divertira pour sa part les visiteurs grâce à ses estampes colorées, et le village de Duong Lam, classé vestige historique national, ravira les amateurs de vieille pierre.

 

dalat

Dalat, ville de l’éternel Printemps

Perchée sur les hauts plateaux du centre du Vietnam, la ville de Dalat, capitale de province de Lam Duong est la destination favorite des Vietnamiens pour leur lune de miel. Elle est aussi fort appréciée des touristes étrangers qui viennent y séjourner pour profiter de ses lacs et cascades, de ses paysages fleuris et de sa charmante architecture, héritée en partie de l’époque coloniale.

Une ville marquée par la colonisation

Dalat-city-Vietnam

D’aucuns disent qu’à Dalat, on se croirait en France. Et pour cause : la ville a été profondément influencée par l’architecture coloniale. En effet, à l’époque, elle était prisée des colons pour son sanatorium qui leur permettait de s’évader quelque temps du climat tropical auquel ils étaient peu habitués. L’Hôtel Langbian Palace, inauguré en 1922, était un des bâtiments alors les plus renommés. La gare de Dalat est l’un des monuments les plus représentatifs de cette époque: elle fut conçue dans le style Art déco en 1938 par deux architectes français, Moncet et Réveront. Des répliques de la Tour Eiffel et du Moulin Rouge attestent de ce passé de colonie française.

dalat (1)

C’est en grande partie à la colonisation que Dalat doit son développement : en effet, pour accueillir convenablement les colons en mal de fraîcheur la ville fut véritablement améliorée du point de vue urbanistique comme économique. On construisit de nombreuses infrastructures (écoles, hôtels, parcs…) et lors de la Seconde Guerre mondiale, Dalat fut nommée capitale de l’Indochine.

Les paysages fleuris de Dalat

da_lat_fleurs

A Dalat, il fait doux toute l’année, d’où son surnom de « ville de l’éternel Printemps » : l’hiver la température ne descend quasiment jamais en-dessous de 10° et en été, elle ne dépasse pas les 25°. Cette douceur permet aux plantes de proliférer : la région est donc très luxuriante. Le Jardin des Fleurs est ainsi devenu un des sites de Dalat les plus appréciés.

vn_thaccamly_dalat [320x200]

Les nombreux lacs et cascades de la région en sont un de ses points d’intérêt majeurs. Le lac des Soupirs, la cascade Datanla ou encore les chutes d’eau éléphant attirent chaque année de nombreux visiteurs.

Pagodes et temples à Dalat

Le Palais d’été de l’Empereur Bao Dai est aussi un des monuments phares de la région. Si vous êtes plus branchés culture, c’est une visite incontournable. Les différentes pagodes bouddhistes de la ville ainsi que le monastère Lam Ty Ni sont aussi susceptibles de vous intéresser.

Voir aussi les photos du Routard.

En savoir plus sur l’Histoire de Dalat.

 

Da_Nang_tourism

Danang, destination à la mode

Danang, grand port maritime vietnamien, est devenu aujourd’hui une destination de tourisme balnéaire fort appréciée des vacanciers. Ses plages de sable fin ravissent les voyageurs, mais ce ne sont pas les seuls atouts de la région : pagodes, sanctuaires, montagnes, il y a aussi de quoi séduire ceux qui resteront insensibles au charme de ses eaux turquoises.

2342012213353_danangbeach3

Très fort développement économique

Danang est un port majeur du Vietnam, et c’est en partie grâce à cela que la ville est devenue la plus grande du centre du pays. Ces dix dernières années, Danang a connu un développement économique fulgurant. Mais son développement s’est fait dans la modernité : de nombreux buildings et gratte-ciels ont notamment émergés, par exemple aux abords de la route Nguyen Tat Thanh, un littoral côtier de renom.

IMG_3963

Historiquement, Danang n’a pas la cote…

Historiquement, Danang n’est pas une ville très appréciée. Du moins, les critiques à son sujet sont très contrastées, comme l’illustre bien son surnom de « Saigon du Nord ». En effet, en nommant ainsi la ville, on fait certes référence à son essor économique, mais aussi au grand nombre de prostituées et de bars qui s’y établissent pour distraire les troupes, et à la corruption qui y sévit.

Aujourd’hui c’est une destination de tourisme balnéaire à la mode !

Son-Tra

Pour autant, la notoriété de la ville s’est améliorée au fil du temps : ses belles plages (lire aussi plages du Vietnam) ont eu raison de son passé peu glorieux. Nam O, Xuan Thieu, Thanh Binh, My Khe, Bac my An, Non Nuoc, ou pour les plus courageux, l’île de Nui Son Tra, l’île de Cham et la baie de Cau Hai offrent des étendues de sable fin qui ne décevront pas les vacanciers. La ville est aujourd’hui une des destinations favorites des voyageurs en mal de soleil et de baignade ainsi qu’une étape privilégiée pour les croisières en mer de Chine. Plongée, surf et ski nautique permettent de pimenter un peu les après-midi de ceux qui finiraient par se lasser de la bronzette…

Et du point de vue culturel ?

du-lich-da-nang2

Mais à Danang il est aussi possible de se cultiver et de se promener ! Le Mont Ba Na, la montagne de Marbre et le Col des Nuages offrent de très beaux panoramas ; le sanctuaire de My Son ravira pour sa part les voyageurs avides d’en savoir plus sur les croyances religieuses du peuple vietnamien. Enfin, pour les bricoleurs dans l’âme, la découverte des entreprises de sériciculture (culture de la soie) et la visite du Musée de sculptures en pierre de Cham peuvent se révéler des activités très intéressantes.

 

Thua-Thien-Hue

Visiter Hue

Au centre du Vietnam, à moins de 20 km du golfe du Tonkin, s’étend la ville de Hue. Ancienne capitale impériale du Vietnam, elle a su préserver au fil du temps son caractère de ville culturelle et intellectuelle. Aujourd’hui, elle attire de nombreux visiteurs, avides de découvrir l’atmosphère tranquille et poétique qui y règnent ainsi que la cité impériale, à laquelle elle doit son classement au patrimoine mondial de l’Unesco.

Une halte très agréable

Co-do-Hue634924781488907961

Peuplée de 340 000 âmes, la cité impériale de Hue est une halte très agréable ; en particulier pour les voyageurs en mal de nature et de tranquillité. Dans cette petite ville, vous aurez tout le loisir de vous reposer en profitant des charmes de la région, mais aussi pour vous amuser si le cœur vous en dit.

pt76979

L’endroit est très propice aux ballades, notamment aux abords de la Rivière des Parfums, qui sépare la ville en deux (les croisières peuvent aussi être très agréables si vous en avez marre de marcher) : au Nord la vieille ville, au Sud la cité moderne. A la fin de votre promenade, deux ambiances totalement différentes s’offriront donc à vous : ceux qui voudraient boire un verre dans une ambiance festive préféreront le Sud, cosmopolite et animé ; pour un repas romantique en tête-à-tête, le Nord, ses vieilles pierres et son atmosphère tranquille sera la meilleure opportunité.

sushitrip-vietnam-hue-39

Hue, centre culturel et religieux

Si Hue est une cité au charme incontestable, elle le doit en grande partie à son histoire. Entre 1802 et 1945, sous le règne de la dynastie Nguyen, la cité fut capitale impériale du Vietnam. Elle a donc été fortement influencée par la culture aristocratique des mandarins, en devenant un haut lieu culturel du Vietnam… et elle l’est restée !

ville de Hue

De cette époque datent les vestiges de la fameuse cité impériale, construite sous le modèle de la cité interdite de Pékin (en miniature) ainsi que de nombreux lieux de culte. En ballade ou en croisière le long de la rivière des Parfums, vous pourrez en admirer certains : les tombeaux des Empereurs Nguyen notamment (tombeaux de Tu Duc, de Khai Dminh, de Minh Mang…) ou la pagode de Thien Mu : du haut de ses sept étages, elle réside parmi les monuments les plus connus au Vietnam.

 

scootersaigon

Ho Chi Minh Ville (alias Saigon)

Bouillonnante et turbulente, la ville d’Ho Chi Minh ravira ceux qui aiment vivre à cent à l’heure. Entre ses petites ruelles animées, ses marchés colorés et bruyants, ses gratte-ciels reluisants, la ville est tout à fait surprenante. Une chose est certaine, cet endroit invite à la découverte…

vélos fruits

Le poumon économique du Vietnam

Voilà plusieurs siècles que Saigon n’est plus une colonie française. Si les autorités en vigueur l’ont rebaptisé Ho Chi Minh ville, les habitants sont encore nombreux à utiliser son ancienne appellation, qu’on peut encore lire sur certaines devantures. Si Ho Chi Minh n’est pas la capitale du pays, elle en est la première ville et le poumon économique. En effet, elle s’est très fortement développée ces dernières années. Pour preuve, le niveau de vie de ses habitants est supérieur à celui des autres villes ! Toutefois cet essor économique bénéficie à l’ensemble du pays, et permet d’entrainer les autres métropoles dans une dynamique positive.

Une ville aux mille facettes

L'heure des comptes

La frénésie qui règne à Ho Chi Minh est son plus grand charme. Profitez de votre séjour pour vous perdre dans ce tourbillon de petites échoppes, de boutiques de soie et de restaurants vintages. Ici, tous les styles se côtoient : ne surtout pas chercher de logique, ou vous risqueriez de ne pas savourer l’instant comme il se doit. Laissez-vous porter d’une ambiance à l’autre, en savourant ce qu’il y a de mieux en chacune.

IMG_3037_

Le quartier colonial et le quartier chinois, chacun dans son style, valent vraiment le détour. Le premier pour ses beaux bâtiments : l’hôtel de ville, la Poste centrale, le Théâtre municipal… Le deuxième pour son ambiance déroutante de fourmilière toujours grouillante. Il serait dommage de rater ce gigantesque marché renfermant également les plus belles pagodes de la ville : c’est une étape certes éreintante (petit bain de foule), mais qui vous laissera de sacrés souvenirs, parole d’ami !

Dans les environs…

Si vous passez à Ho Chi Minh ville, ne ratez surtout pas :
- les tunnels de Cu Chi : un réseau de voies souterraines impressionnant, qui servait aux troupes du Vietcong pour mener des attaques contre les Américains durant la guerre.
- l’archipel de Con Dao, composé de 16 îles. Si autrefois, la France s’en servait pour y incarcérer les révolutionnaires, aujourd’hui les îles sont devenues un paradis pour les amoureux de la nature : c’est une région du Vietnam encore très préservée.

condao

- Le parc national de Cat Tien, grand de plus de 70 000 hectares, où vous pourrez apercevoir de nombreux animaux : rhinocéros, éléphants, tigres…

 

hanoi-temple-of-literature

Temple de la Littérature, Hanoi

À chaque Nouvel An lunaire, les Vietnamiens se pressent devant les portes du temple de la Littérature à Hanoi : ils viennent témoigner leur respect aux fidèles, et reçoivent en échange une calligraphie de « meilleurs vœux ». Si la tradition perdure, c’est que ce Temple est un lieu sacré pour les Vietnamiens. Il fut jadis la première université du pays, et il est aujourd’hui un des plus importants vestiges de l’époque royale (et sans doute le mieux conservé).

Hommage à Confucius, philosophe chinois

Confucius_quotes

On doit ce beau temple à Ly Tong, qui le fit construire en 1070 en l’hommage de Confucius, philosophe chinois à l’origine du confucianisme, une des plus grandes écoles philosophique, morale et politique de Chine. Cette première université servit de centre intellectuel et culturel, et était à ses débuts réservée à la famille impériale et aux grands mandarins.

Une université réservée aux lettrés les plus aguerris

(Hanoi)

Si la première université du pays ne fut bientôt plus réservée à la haute société, il n’était pas pour autant très facile d’y rentrer. Pour ce faire, les prétendants devaient passer un test réputé très difficile, dans lequel il leur fallait montrer l’étendue de leurs compétences, leurs talents, mais aussi leur engagement envers l’Empire !

La visite du Temple

En tant qu’hommage au grand philosophe chinois, le temple de la Littérature est fortement inspiré du Temple de Confucius, construit dans sa patrie natale, à Qufu dans la province de Shandong en Chine. Toutefois il est nettement moins imposant que ce dernier.

pt114971

Après avoir pénétré dans le Temple de la Littérature par son extrémité sud, on parvient dans 5 cours intérieures successives. Ce nombre n’est pas choisi au hasard : il correspond aux éléments qui permettent de classifier les phénomènes, soit l’eau, le feu, le bois, le métal et la terre (très important dans la théorie du Yin et du Yang). Ne ratez pas la Constellation de la littérature, composée de grandes dalles gravées du nom des étudiants, celles-ci comptent parmi les plus précieuses du temple. Pour terminer la visite, une ballade dans les jolis jardins du temple s’impose : l’endroit lieu idéal pour se ressourcer des bruits de la ville.

 

cite-imperiale-hue-une-des-nombreuses-portes_126

La cité impériale de Hue

Si la cité n’est pas remarquablement entretenue par les autorités, elle n’en reste pas moins une étape incontournable si vous vous rendez à la capitale. Les amateurs de vieille pierre trouveront là chaussure à leur pied ; quant aux autres, ils profiteront de cette halte agréable après plusieurs jours dans la bouillonnante (mais fatigante !) ville de Hanoi.

hue_capital_06

Des influences diverses

La construction de la cité impériale de Hue débuta en 1804, sous les ordres du fondateur de la dynastie des Nguyen, et se termina un peu moins de 30 ans plus tard, sous le règne de Minh Mang. Depuis 1993, le site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

ah-cite-imperiale-hue

La cité de Hue est souvent comparée à la plus connue Cité Interdite de Pékin. Et à raison : elle a été construite sous le même modèle, selon le principe de la géomancie chinoise selon lequel il faut favoriser de manière optimale le déplacement des énergies cosmiques dans l’environnement. Mais, au risque d’étonner certains, la cité a aussi subi d’autres influences; je fais ici référence à notre illustre Vauban. Bien sur je ne parle pas des palais (qui n’ont pour le coup rien en commun avec l’architecture française), mais des grands remparts qui enserrent la cité dans un type d’architecture militaire, et qui témoignent de l’influence de la France en tant que pays colonisateur.

Un havre de paix

Si la cité de Hue attire de nombreux visiteurs, c’est d’abord pour sa dimension historique : elle renferme les tombeaux des Empereurs de la dynastie Nguyen. Mais c’est aussi parce qu’il fait bon s’y promener. Composée d’une citadelle, de la cité royale et de la cité pourpre interdite, la cité impériale offre un large espace de découverte. Ses charmants jardins seront l’occasion de prendre l’air entre la découverte de palais et pagodes.

cite-impéraile Hue

La mythique cité pourpre interdite

La cité impériale est devenue un havre de paix… mais ce ne fut pas toujours le cas ! La cité pourpre interdite était à l’époque réservée à l’Empereur d’Annam, sa famille, ses concubines, ses servantes et ses eunuques. Gare à celui qui s’y aventurait sans faire partie de cette liste très select : il était immédiatement mis à mort !

Lire La citadelle de Hue (sur l’internaute).

 

vietnam-hanoi-mausolee-ho-chi-minh

Le Mausolée de Ho-Chi-Minh

Place de Ba Dinh à Hanoi. Les touristes se pressent devant les portes de l’imposant Mausolée. Il va bientôt être neuf heures, et ici on ne plaisante pas avec les horaires. Ce matin, on s’est levé de bonne heure, on ne voudrait pas manquer la visite : apercevoir la dépouille de celui qui fut Président de la Nation et fondateur du parti communiste, ça n’a pas de prix. Quiconque est de passage à Hanoi rate en effet une étape clé de son voyage s’il ne passe pas par ce lieu culte : c’est l’opportunité idéale pour en découvrir plus sur le pays.

Un peu d’histoire

ho_chi_minh___vietnam_by_kowap-d2xriv1

A la mort d’Ho Chi Minh, le 2 septembre 1969, fut décidée la construction du Mausolée, destiné à abriter ses restes. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’appris que ce projet allait à l’encontre de sa propre volonté! Celui-ci souhaitait en effet être incinéré, mais le gouvernement préféra l’embaumer et exposer sa dépouille dans un monument qui lui serait dédié, afin de permettre au peuple vietnamien de venir en pèlerinage. Pour construire le monument, on s’inspira du Mausolée de Lénine, situé sur la Place Rouge à Moscou. La construction du monument dura de 1973 à 1975.

Un héros qui rassemble, même après sa mort

chi

Comme celui de Lénine, le Mausolée d’Ho Chi Minh est construit en granit gris, noir et rouge, ainsi qu’en pierre polie, matériaux provenant de différentes régions du Vietnam, rapportées par des habitants. Le Mausolée possède aussi un jardin, dont les plantes ont été rapportées des quatre coins du pays par des habitants.

Un code strict à respecter pour la visite

Mausoleo_de_Ho_Chi_Minh

Le Mausolée de Ho Chi Minh est ouvert à la visite tous les jours de 9h à 17h, mais si vous souhaitez apercevoir la dépouille embaumée du héros national, il faut s’y rendre avant midi. Les règles à respecter lors de la visite plantent tout de suite le décor : pas de short ou de jupes courtes, pas de mains dans les poches ni de bras croisés ! Alignés sur deux rangs, les touristes se taisent. Le silence est de mise si l’on veut apercevoir les restes du héros… Conseil d’amis : ouvrez grands vos mirettes : les enregistrements vidéo et photos ne sont pas autorisées.

 

201417039346.myson

Le sanctuaire de My Son

Si vous êtes de passage au Vietnam, impossible de rater le sanctuaire de My Son, dans la province montagneuse et verdoyante de Quang Nam (à 70 km de Danang) . Le site, qui s’étend sur plus de 140 hectares, correspond à un ensemble de 70 temples et autres bâtiments hindouistes, occupés par les Chams entre le IVe et le XIIIe siècle. Inscrit depuis 1999 au patrimoine mondial de l’Unesco, il attire chaque année de nombreux visiteurs.

Qui étaient les Chams ?

myson-11

A l’origine, les Chams sont un peuple hindouiste, comme le prouve ces ruines, principalement dédiées à la divinité Shiva. Mais au fil du temps ils se sont convertis à l’Islam. C’est pourquoi on distingue aujourd’hui Chams brahmanistes et Chams musulmans. Le groupe ethnique des Chams vivait à l’époque au Cambodge et dans le centre du Vietnam, où l’on trouve l’actuel sanctuaire de My Son (Mon fils en français).

Sanctuaire-de-My-Son

Construction du premier temple

Au IVe siècle, le premier temple du site fut érigé par le roi Bhadravarman pour le culte du lingam (symbole phallique) du dieu Bhadresvara. Il est malheureusement détruit par un incendie deux siècles plus tard : en effet, contrairement aux bâtiments conservés à l’heure actuelle, il était construit en bois. Le temple sera reconstruit au VIIe siècle par le roi Sambhuvarman : cette fois il est de pierres et en briques.

Capitale politique et religieuse des Chams

Le site semble ensuite s’être profilé comme capitale politique et religieuse du Royaume de Champa : on y trouve de très nombreuses sépultures de rois et de moines champa ainsi que divers temples dédiés à des divinités hindoues. Si la majorité d’entre eux ont été conçus en l’honneur de Shiva- symbole des pouvoirs opposés de la création et de la destruction- certains sont dédiés à d’autres divinités. Par exemple à Vishnou: une des 3 autres figures principales de l’hindouisme, dont la mission est de préserver l’Univers. Ou encore en l’honneur de Krishna, un des avatars de Vishnu.

My-Son

Les nombreuses représentations picturales de la Montagne Méru (lieu sacré des hindous) au sein du site, ainsi que les pierres de Linga qui le jalonnent prouvent également les croyances hindoues du peuple cham.

Plus d’informations sur le site de l’Unesco.

Lire aussi Sanctuaire de My Son: Un patrimoine unique et majestueux.

 

VietnamCuChiTunnels

Les tunnels de Cu Chi

A une quarantaine de kilomètre d’Hanoi se visite le site de Cu Chi, pan héroïque mais douloureux de l’histoire du Vietnam. La construction de ce réseau de galeries souterraines remonte à la guerre d’Indochine (1946-1954), toutefois il a marqué les mémoires pour son utilisation plus tardive par le Viêt-Cong contre les troupes américaines (1955-1973).

cu-chi-tunnels 1

Les tunnels de Cu Chi et les attaques surprises du Viêt-Cong

Les tunnels de Cu Chi font plus de 250 kilomètres de long. Si on peut être aujourd’hui tenté de les visiter en jouant à la course poursuite, leur utilité première était loin d’être ludique. Créés par le Viet Minh sous l’Indochine française, le réseau de galeries et de salles souterraines servait à des fins militaires, pour l’organisation d’attaques surprises. Quelques années plus tard, durant la guerre du Vietnam, le Viêt-Cong communiste (Nord du Vietnam) l’améliora considérablement pour s’en servir contre les troupes américaines soutenant le Sud. C’est d’ailleurs son rôle dans ce conflit qui marqua le plus les mémoires, notamment avec l’offensive du Têt. Les attaques surprises opérées grâce à ce réseau leur permirent d’éliminer de nombreux soldats américains, et de compenser leur manque d’artillerie lourde. Mais les pertes furent aussi très lourdes du côté du Viêt-Cong : seuls 6 000 soldats sortirent vivants des galeries, pour 10 000 à y être entrés…

Des tunnels multifonctionnels

guerre du vietnam

On entre dans les galeries par de petites trappes dissimulées sous les feuilles, puis on parvient dans de petits conduits creusés : au bout de ceux-ci, des salles semi ou totalement creusées dans la pierre. Ce réseau, permettait non seulement à l’organisation d’attaques surprises, mais aussi à des fins de communication entre les différentes unités du Viêt-Cong, qui était parfois rendue difficile par l’occupation ennemie. Les galeries pouvaient aussi remplir une fonction d’abris pour la population nord-vietnamienne, et d’entrepôt : de réserves comme de matériel de guerre.

L’offensive du Têt, le 31 janvier 1968

guerre indochine

Les tunnels de Cu Chi furent surtout rendus célèbres grâce à l’offensive du Têt, une initiative du Front National pour la Libération du Vietnam et de l’armée populaire vietnamienne contre l’armée américaine. Il s’agissait de soulever le Vietnam du sud et de prendre les Américains par surprise. Le 31 janvier 1968, 80 000 soldats du Viêt-Cong attaquèrent plus de 100 villes à travers le pays : ce fut la plus grande attaque menée durant cette guerre. Si les troupes américaines réussirent à rapidement repousser le Viêt-Cong, cet épisode marqua les mémoires et fut un véritable choc pour les Américains, qui ne le croyait pas capable d’une telle offensive. Quelques années plus tard (en 1973), et en partie grâce aux assauts surprises menés par le Viêt-Cong depuis les tunnels de Cu Chi, ceux-ci se retirent du conflit.